dimanche 18 septembre 2011

Pour Chanter du Rock au Coin du Feu [Journal #37]

Guitare Feu Previously on Geekariste : le palm-mute.  Et avant de boucler ma reprise de Lonely Day, il restait à bosser la partie chant.  En m’enregistrant quotidiennement, j’avais constaté que ça n’était pas au point et du coup, j’ai passé la semaine là-dessus.

Aujourd’hui je détaillerai donc le contenu de mes séances “spéciales voix”, qui se décomposent en trois parties :

  1. Quelques vocalises pour l’échauffement,
  2. Le travail ciblé sur la chanson,
  3. La mise en situation de type “concert”.

Précision : je m’inspire des cours de chant "sérieux", mais les séances sont allégées : pas d’exercices de respiration, pas de travail en profondeur sur les intervalles, rien de spécifique sur l’élocution…  C’est un entrainement tranquilou sans se prendre la tête, pour chanter du rock au coin du feu, pas pour remplir un opéra lyrique !

Les Vocalises

Il y a deux exercices qui me plaisent bien en cours de chant, et qui ont l’avantage de ne nécessiter ni piano, ni pianiste, ni guitariste talentueux.  Ca passe très bien, à condition de connaître la gamme majeure et d’être capable de la jouer à la guitare tout en chantant les notes.  A répéter pendant une petite dizaine de minutes.

1. Pour travailler le souffle, jouez la gamme de Do majeur à la guitare dans le sens ascendant et chantez les notes en même temps. 

En quoi ça travaille le souffle ?  Eh bien c’est simple, on ne joue pas la gamme en entier.  On commence par jouer trois notes, puis quatre, puis cinq, etc.  On repart du début à chaque fois, et on n’inspire qu’au moment ou on arrive à l’octave.

Concrètement ça donne : Do-Ré-Mi, Do-Ré-Mi-Fa, Do-Ré-Mi-Fa-Sol, jusqu’à Do-Ré-Mi-Fa-Sol-La-Si-Do, et vous pouvez inspirer.  Jouez lentement pour corser l’exercice.

Pour ne pas manquer d’air il y a des tonnes d’astuces, et ma favorite c’est celle-ci : quand vous chantez (en expirant donc), imaginez que vous inspirez.  En plus d’économiser l’air, ça permet de soutenir la voix en sentant bien l’action du diaphragme et des abdos.  C’est farfelu mais ça marche pas mal.

2. Pour travailler la justesse, jouez à nouveau la gamme de Do majeur, chantez les notes, mais cette fois-ci dans les deux sens.  Toujours en commençant par trois notes, puis quatre, etc.

Concrètement, voici les étapes :

  • Do-Ré-Mi-Ré-Do
  • Do-Ré-Mi-Fa-Mi-Ré-Do
  • Do-Ré-Mi-Fa-Sol-Fa-Mi-Ré-Do
  • Do-Ré-Mi-Fa-Sol-La-Sol-Fa-Mi-Ré-Do
  • Do-Ré-Mi-Fa-Sol-La-Si-La-Sol-Fa-Mi-Ré-Do
  • Do-Ré-Mi-Fa-Sol-La-Si-Do-Si-La-Sol-Fa-Mi-Ré-Do

Ici, l’objectif n’est pas de travailler le souffle mais plutôt la justesse vocale.  Vous pouvez donc respirer entre chaque étape : Do-Ré-Mi-Ré-Do, respirez.  Do-Ré-Mi-Fa-Mi-Ré-Do, respirez.  Vous avez compris le principe.

En bonus avec cet exercice, vous apprenez la gamme de Do à l’envers.  Je ne sais pas bien en quoi c’est utile, mais ça fait plaisir : quand je le fais, j’ai l’impression de muscler une zone inconnue de mon cerveau.

Le Travail Spécifique de la Chanson

Rien de révolutionnaire ici, j’utilise une méthode qui m’est chère : répéter comme un robot.

Chaque jour donc, une fois que je suis bien échauffé, je choisis une partie de la chanson et dans une séance donnée je travaille seulement cette partie.  Je la répète inlassablement pendant quinze ou vingt minutes. 

Dans le cas de Lonely Day, ça s’est décomposé comme ceci :

  • Lundi : Premier couplet (Such a lonely day, and it’s mine…)
  • Mardi : Refrain (The most loneliest day of my life…)
  • Mercredi : Deuxième couplet (Such a lonely day, shouldn’t exist…)
  • Jeudi : Première partie du pont (And if you go…)
  • Vendredi : Deuxième partie du pont (Take your hand…)  C’est là qu’on est content d’avoir bossé le souffle :-)
  • Samedi : Troisième couplet (Such a lonely day…)
  • Dimanche : Jour du seigneur.  Je fais la grasse mat’ et je rêve que je joue au POPB avec SOAD !

La mise en situation

A ce stade de l’étude du morceau, la partie guitare est OK, le chant est presque au point.  L’objectif que je m’étais fixé approche : dans quelques jours ce sera le moment d’enregistrer une vidéo pour poster la reprise sur youtube.

Pour finir ma séance quotidienne, je m’installe donc exactement dans les mêmes conditions : assis dans le canapé, le matériel d’enregistrement sur le meuble télé, j’appuie sur record et je joue la chanson en entier.  Si je me goure, je continue jusqu’au bout.

Ensuite, j’écoute le résultat d’une oreille critique et impitoyable pour me rendre compte de ce qu’il reste à bosser.  Verdict du samedi : quelques séances sur l’émotion et l’interprétation, et je pourrai sortir le caméscope !