dimanche 26 juin 2011

Se Gourer Gracieusement (Journal 25)

Le Trac Chacun sa façon de gérer le stress d’avant-spectacle.  Certains parlent beaucoup, sont agressifs, paniqués.  Moi, je suis zen.  Et plus je suis tendu à l’intérieur, plus j’ai l’air calme.

Jeudi soir, je participais au spectacle de fin d’année de ma chorale.  Je m’étais proposé pour jouer un morceau solo en guitare/chant (Imagine de Lennon – cf. la tablature vidéo).  J’avais très soigneusement travaillé la chanson avec ma guitare de marin, je connaissais les paroles par cœur et j’avais peaufiné l’interprétation en préparant une background story dans ma tête.  Jusqu’à la veille, je n’avais pas d’inquiétude par rapport au morceau. 

Jusqu’au jour du “filage”.  C’était l’ultime répétition, la veille du spectacle, dans la salle, avec tout le matériel d’installé, les chaises, micros, etc.  La partie collective s’est bien passée, mais au beau milieu de ma chanson en solo, sans raison, j’ai eu un trou de mémoire fatal.  Même pas pu aller au bout du morceau.  Incompréhensible. 

La seule explication possible, c’était le trac.  Mais pour le spectacle, ça allait être encore pire !  En toute logique, j’étais donc parti pour louper mon passage.  J’étais foutu.  La panique.  J’avais l’air très très calme.

J’ai repris mes esprits et j’ai décidé de me préparer.  Puisque j’allais me gourer, autant m’entraîner à le faire, mais gracieusement : siffloter la mélodie en attendant de retrouver le fil, ménager une pause dramatique, je ne sais pas.  De retour chez moi, j’ai donc passé la soirée à répéter en guettant un moment où je me tromperais.  Et quand ça arriverait, je continuerais à jouer, coûte que coûte.

Le lendemain, rassuré, je suis monté sur scène et hormis un bonsoir maladroit dans le micro, tout s’est passé comme sur des roulettes.

Moralité : pour ne pas faire d’erreur, apprenons à faire des erreurs, mais à le faire bien.

PS : La vidéo est en cours de montage.  Je posterai un lien dès qu’elle sera prête :-)