dimanche 5 juin 2011

Je déteste les jours fériés (Journal 22)

image Oui, les jours fériés c’est nul.  Je m’explique.

J’aime les rituels, les rendez-vous quotidiens et je trouve de la satisfaction dans la routine.   Comme dans Rain Man.  Je suis apte à la vie en société, mais tout juste.  Et les jours fériés, ça me bouscule dans la structure de ma semaine.  Je me lève le matin à 14h et je me dis “Mais attends, on est jeudi et je ne vais pas au boulot !  Qu’est-ce que je vais faire aujourd’hui ?  Qui suis-je ?  Pourquoi ce mal de crâne ?  J’ai fait quoi hier soir ?” 

Mais revenons à nos moutons.  Dans le paragraphe précédent, je passe pour un cinglé.  Pourtant je pense que tout le monde, dans une certaine mesure, est sujet à cette problématique.  Le fait d’être engagé dans une routine quotidienne, basée sur des habitudes saines et des horaires fixes, permet de se concentrer sur des projets ambitieux à long terme.  Vous trouverez une tripotée de blogs sur le développement personnel qui diront la même chose.

Par exemple, apprendre à jouer de la guitare.  Imaginons que vous décidez de jouer tous les jours pendant 30 minutes.  Au début, il faut se faire violence pour respecter la routine, mais votre emploi du temps va se caler tout naturellement autour de ce rendez vous quotidien.  Les heures de pratique vont s’accumuler et les progrès vont suivre.  Au bout d’un moment, cette séance de guitare devient un besoin et un plaisir. 

Un bon matin au réveil, ça y est.  Vous savez jouer de la guitare.  Merci la routine.

C’est le cheminement que j’ai suivi.  A mon premier cours de guitare, le prof avait dit que le plus important, c’est de travailler un peu chaque jour.  Au début je jouais le soir devant la télé.  J’ai vu que ce n’était pas le meilleur moment puis j’ai tâtonné pour trouver un autre horaire qui me convient.  Finalement, j’ai décidé de jouer le matin, juste après le petit-dej.  Une sorte de salutation au soleil, en version musicale.

A ce moment là, je pose ma cup of tea, je range les miettes de biscottes et le beurre de cacahuète.  Au passage, je chope la guitare qui est accrochée au mur.  Je n’ai pas réfléchi, je n’ai pas eu à choisir entre la séance de guitare et une autre activité puisqu’à force d’habitude, c’est le moment de jouer de la guitare.  Pas besoin de faire d’effort pour me concentrer sur l’instrument, mon esprit se met en place tout seul.  Je suis conditionné et j’en profite à fond.

Mais les jours fériés, je relâche ma discipline.  Et j’angoisse de ne pas m’y remettre le lendemain. 

Bon, c’est pas tout ça.  Il est 19h07, et c’est l’heure de mon ménage hebdomadaire.

Mots clés Technorati : ,,