dimanche 8 mai 2011

La légende du ukulélé explosif (Journal 18)

Cette semaine je n’ai pas beaucoup écrit sur la guitare.  Les mots “productivité” et “geek” ont même fait leur entrée dans mes catégories.  Sacrilège !

Dois-je renoncer à la partie “-ariste” de mon jeu de mot favori ?  Non, et je peux le prouver.

La Guitare

Enfin !  Cette semaine a marqué mon grand retour dans la catégorie des guitaristes qui arrivent à faire un accord barré sans hurler de douleur.  Apparemment, 1 mois pour récupérer d’une entorse au pouce, c’est le tarif.  Notez-le, au cas où ! 

J’ai fêté ça dignement, en jouant Where is my mind comme un goret hurlant sa joie de vivre, et je suis désolé pour mes voisins. 

Le Uke

Un autre “grand” moment pour Youki, qui a vécu son premier changement de cordes.  Et il n’a pas explosé.  J’appréhendais un peu, il paraît que c’est assez courant pour les petits instruments pas chers.  Légende urbaine ?

Mais en me remettant à la guitare, je vais délaisser le ukulélé.  Heureusement il n’est jamais loin du canapé, et c’est un sacré argument en sa faveur.

Le Delta Blues

Cette semaine j’ai aussi compris quelque chose sur mes goûts musicaux, sur le blues.  Je n’aime pas ce style de musique, je n’accroche pas : John Mayall, Clapton, BB King par exemple, ce sont des artistes qui ne me touchent pas.  Pourtant j’aime bien Skip James ou Robert Johnson, et j’adore Seasick Steve.  Mystère.

Pour Skip & Robert, c’est probablement à cause de leurs enregistrements vieux d’un siècle qui soufflent et qui craquent.  Pour Seasick Steve, c’est sûrement les vidéos où je l’ai vu jouer avec sa vieille guitare toute trouée ou sur sa gratte maléfique à 3 cordes

Eh bien d’après la page wikipedia, les 3 ont un point commun, il font du “Delta Blues”.  Mystère élucidé ?