dimanche 24 avril 2011

Dans la country avec Youki (Journal 16)

Pâques.  Pour écrire ce billet, je suis à Monthou-sur-Cher, confortablement assis dans la bonne vieille balancelle familiale.  Tout autour, la campagne.

DSC00096_petit

C’est super calme.  Trop calme ?

Dans la country

Une vue imprenable sur la campagne environnante, des vignes à perte de vue, les zoiseaux qui vous gazouillent dans les oreilles 24/24.  La nourriture est savoureuse, abondante et gratuite, préparée avec amour. 

Pour couronner le tout j’ai accès à internet avec le wifi, et la 3G passe 2 fois mieux qu’à Paris (antenne sur le château d’eau du lieu-dit).  Le paradis sur la terre.  J’ai publié 3 posts depuis que je suis ici, ça doit être l’effet balancelle !

Bon d’accord, j’ai quand même un peu hâte de retrouver la cohue parisienne :-)

Voyager avec Youki

Le ukulélé est toujours à portée de main, cet ustensile est une merveille.  Pendant les 2h de trajet dans la voiture paternelle, j’ai pu jouer du uke en respectant l’espace et le confort auditif des autres passagers.  C’est vraiment l’instrument ultime pour voyager ! 

En théorie, je peux même jouer de la musique toute la nuit sans réveiller les autres.  Bien sûr, c’est sans compter les oreilles bioniques de la voisine.

Uke Lap-Style

Deux semaines depuis “l’accident”.  Pendant que mon pouce entorsé se répare, je peaufine ma technique débutant de ukulélé “lap-style”.  C’est plutôt pratique comme alternative à la technique usuelle dont je ne suis pas partisan, qui consiste à coincer l’instrument sur la poitrine en appuyant avec la base de la main droite. 

Mais pour chanter je constate que la position assise, avec le uke sur les genoux et le corps replié au dessus des cordes, ce n’est pas idéal.  On a tendance à fredonner doucement, pour soi-même.  La voix ne se projette pas aussi bien que lorsqu’on est debout avec une gratte qui résonne sur le ventre.

Karayouké

Demain, retour à Paris, fin de cette parenthèse bucolique.  Je retournerai bosser le karayouké de In the aeroplane over the sea, qui traîne depuis plusieurs semaines.

Pour en finir, j’ai décidé de tricher sur la partie chant en désaccordant l’instrument de 1/2 ton, car c’était trop aigu.

Bon, c’est pas tout ça.  Je vous laisse, je vais aller me rouler dans l’herbe, tiens :-)